Un monument commémorant la bataille des Éparges a été vandalisé

Publié le par Denis PIGNOL

APRES LES CIMETIERES ET LES EGLISES, VOILA QUE CERTAINS S'EN PRENNENT AUX MONUMENTS COMMEMORATIFS DE LA GRANDE GUERRE;

MAIS OU CELA S'ARRETERA-T-IL  ?

 

 « Monument du 106è RI » par I, Thcollet. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons
« Monument du 106è RI » par I, Thcollet. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Un monument commémorant la bataille des Éparges a été vandalisé

OPEX360.com - Posté dans Guerre 1914-1918 | Laurent Lagneau | 27-05-2015

Le monument érigé aux Éparges (Meuse) à la mémoire des « revenants » du 106e Régiment d’Infanterie est venu s’ajouter à la liste déjà longue des ouvrages commémoratifs de la Première Guerre Mondiale vandalisés en quelques mois.

Ainsi, nous apprend le quotidien L’Est républicain, des individus se sont attaqués à ce monument à l’aide d’une masse pour décoller un bas-relief en fonte, lequel représente Jeanne d’Arc tenant dans ses bras un Poilu tué au combat. Le vol a été constaté par des touristes, qui ont ensuite prévenu les autorités.

L’oeuvre volée avait été réalisée par le sculpteur Maxime Real Del Sarte, qui avait perdu un bras lors de la bataille des Éparges. Cet artiste, proche des milieux de l’Action française, avait connu une grande notoriété après la Grande Guerre, tant en France qu’à l’étranger. Notoriété qui s’est épuisée avec le temps. Sauf pour quelques collectionneurs? L’enquête, confiée à la brigade de gendarmerie de Fresnes, le dira sans doute.

Cet acte de vandalisme a été commis alors que l’on commémore, cette année, le centenaire de la bataille des Éparges, qui avait débuté le 17 février 1915 par une attaque française visant à enlever une crête qui, alors tenue par les troupes allemandes et située égale distance entre Verdun et Saint-Mihiel, dominait la plaine de la Woëvre.

Malgré d’âpres combats, menés en surface mais aussi sous terre (on parlera de « guerre des mines »), les soldats français ne parvinrent jamais à s’emparer de totalement de cette crète, son point culminant (le « point X ») étant resté sous contrôle allemand jusqu’en septembre 1918.

La bataille des Éparges fut relatés par l’écrivain Maurice Genevoix, qui servait en qualité de lieutenant au 106e RI. « Ce que nous avons fait, c’est plus qu’on ne pouvait demander à des hommes et nous l’avons fait », écrira-t-il.


Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article