Selfie, BHL ou bolos dans les dictionnaires : la grande déculturation continue

Publié le par Denis PIGNOL

Selfie, BHL ou bolos dans les dictionnaires : la grande déculturation continue

Selfie, BHL ou bolos dans les dictionnaires : la grande déculturation continue

Il est navrant de constater que les éditeurs des dictionnaires s’abandonnent à l’air du temps, pour satisfaire aux desiderata d’une partie inculte de la jeunesse qui n’en demandait probablement pas tant.

Boulevard Voltaire | Gabriel Robin | Juriste | 19-05-2015

Les dictionnaires se sont mis à jour. La langue évolue avec la culture et la société, et ces nouvelles éditions donnent une photographie tragi-comique de l’état présent de la France. La grande déculturation est en marche, elle n’épargnera pas ces grandes institutions nationales que sont Le Robert et <emLe Petit Larousse.

Lundi, parmi les 150 nouveaux noms communs que dévoilait la dernière mouture du Petit Larousse, figuraient entre autres « Selfie », « Bolos » ou « Mémériser ». Il est navrant de constater que les éditeurs des dictionnaires s’abandonnent à l’air du temps, pour satisfaire aux desiderata d’une partie inculte de la jeunesse qui n’en demandait probablement pas tant. Quel est l’intérêt d’un coup de pub qui amène à se trahir et à trahir la langue française ? « Selfie » n’est pas un mot français ; sa version québécoise, l’« egoportrait », est beaucoup plus correcte et amusante. Mais que voulez-vous, nos dirigeants n’aiment rien tant que ce qui nous vient d’outre-Atlantique. C’est jeune, frais, festif et multiculturel.

Le terme « mémériser » a, par exemple, été popularisé par l’animatrice « relookeuse » (j’anticipe l’édition 2017) Cristina Córdula. La « mémérisation » est un néologisme qualifiant l’opération, pour une femme, de s’apprêter d’une façon qui la vieillit. On peut aussi le traduire au masculin : « François Hollande était pépérisé par Ségolène Royal, en changeant de compagne il espérait paraître un peu moins bolos. » Voilà une phrase élégante, et riche d’un vocabulaire enjoué.

Peut-être ne savez-vous d’ailleurs pas encore ce qu’est un « bolos » ? Ce terme utilisé par la jeunesse, et issu à l’origine de l’argot des quartiers « populaires » et du rap, qualifie, selon Le Petit Larousse, « une personne naïve ou peu courageuse, ou complètement ridicule, voire stupide ». Maintenant que son usage est autorisé, je sens que je vais régulièrement utiliser ce mot pour qualifier nos contemporains, car nous vivons bel et bien au temps des bolos (peut-être sera-ce ainsi que notre période sera mentionnée dans les manuels d’histoire du futur) : « Ouah, Christiane Taubira c’est trop une bolos, elle nous met pas en prison ! »

En parlant de bolos, il ne faudrait pas oublier BHL, qui fait son entrée dans les noms propres du Petit Larousse en compagnie des mots ci-dessus évoqués, et de toute une palanquée de noms communs effroyables tels « VTC », « tuto », « community manager », « glamouriser » ou bien encore « rétropédaler », très en vogue auprès de Manuel Valls et Nicolas Sarkozy, qui en font un usage politique sans limites.

Le Robert a aussi souhaité se « glamouriser » en proposant un peu de « beuh » à ses lecteurs. En outre, quelques nouvelles expressions font leur arrivée dans ce Robert : « tendu comme un string » et qui « part en cacahuète ». J’aimerais bien continuer à « envoyer quelques scuds » à ces vénérables ouvrages, mais j’ai peur de m’« auto-pépériser » en étant un peu trop réactionnaire. Allez, pour me faire pardonner, je vais prendre un « selfie » en « écoconduisant », peut-être que j’arriverai enfin à me « dédiaboliser ».

Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article