Néron jouait de la lyre et Manuel Valls du pipeau !

Publié le par Denis PIGNOL

Néron jouait de la lyre et Manuel Valls du pipeau !

Néron jouait de la lyre et Manuel Valls du pipeau !

Un pas en avant et deux pas en arrière. Tango ou paso doble ? Pour Manuel Valls, ce serait plutôt la Danse des canards.

Boulevard Voltaire | Nicolas Gauthier | Journaliste, écrivain | 01-04-2015

Un pas en avant et deux pas en arrière. Tango ou paso doble ? Pour Manuel Valls, ce serait plutôt la Danse des canards ; des canards sans tête, s’entend : ceux qui continuent de galoper comme pas permis, même après avoir laissé la leur chez le volailler du coin.

Ainsi, en voyage officiel en Pologne, notre Premier sinistre, à rebours de toutes les traditions diplomatiques, commentait-il à l’avance les élections départementales en terre étrangère. Aujourd’hui, paso doble ou tango, voilà qu’il annule un autre voyage officiel en Allemagne, juste pour cause de séance de calinothérapie vis-à-vis des frondeurs du Parti socialiste.

Pourquoi ? Tout simplement pour leur annoncer un nouveau train de mesures « macroniennes », pas toutes nigaudes par ailleurs, dont un contrat unique d’embauche censé simplifier le Code du travail pour les petites et moyennes entreprises, mais dont on doute qu’elles puissent séduire la gauche de la gauche du PS. Pareillement, il tenterait au passage de caresser les écologistes dans le sens du poil. Au point où s’en trouve le gouvernement, 1,2 % ou 2,3 % de gagnés pour la prochaine défaite annoncée des élections régionales de décembre, c’est toujours ça de pris. Et surtout autrement plus important que de s’en aller défier la puissante Allemagne. À chacun ses priorités, c’est d’ailleurs à cela que l’on reconnaît le véritable homme d’État.

Dans certains milieux royalistes de jadis, assidûment fréquentés par l’auteur de ces lignes, une question se posait souvent : « Et si le roi devient fou ? » On y répondait généralement par ces mots : « L’Ancien Régime était fort d’institutions et de contre-pouvoirs assez solides pour tolérer un roi idiot. »

Après le Roi-Soleil, voici venir le tour des Premiers ministres cons comme la Lune. D’où cet entretien lysergique accordé à BFMTV ce mardi, à l’occasion duquel il affirme en substance : « Il faut affronter la réalité, c’est ma marque de fabrique. […] D’ailleurs, les Français veulent que je reste à mon poste. » Certes. Nul ne sait à quoi carbure notre Catalan aux yeux de braise, mais sûrement à des substances dont même Kurt Cobain et Amy Winehouse ignoraient jusqu’à l’existence.

La source d’une telle hystérie sondagière ? Paris Match ! Le poids des mots et le choc des gogos : « 54 % des personnes interrogées par l’IFOP et Fiducial, i>Télé et Sud Radio ne réclament pas un nouveau chef de gouvernement. » Le voilà donc blindé pour l’hiver, mieux qu’un Panzer. Et l’on attend avec impatience les nouveaux oracles des vénérables institutions faisant l’opinion. Closer et son épouse, la musicienne Anne Gravoin, jouant du violoncelle en string sur le mont Blanc, après l’avoir escaladé en tongs ? En attendant qu’il sèche un prochain sommet international pour inaugurer la Fête de la tarte au poil de Saint-Fion-en-Yvelines avec Catherine Lara, autre joueuse de crincrin à crécelle ?

La légende dit que Néron jouait de la lyre tandis que Rome flambait. Manuel Valls serait plutôt du genre à souffler dans son pipeau tandis que la révolte gronde. On sait généralement comment tout cela finit.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article

Pieds Noirs 9A 02/04/2015 07:38

Valls connais pas ,je connais EL Godillot ..