Manuel Valls te regarde

Publié le par Denis PIGNOL

Manuel Valls te regarde

Manuel Valls te regarde

Les États, pour assurer la sécurité et donc la liberté des personnes, seront tentés de limiter la liberté.

Boulevard Voltaire | Christian Vanneste | Homme politique Ancien député UMP | 17-04-2015

Le principe fondamental des démocraties libérales est la liberté. Celle-ci suppose un champ d’application défini par la loi qui en énumère les domaines et circonscrit l’espace où elle est inviolable. Montesquieu disait que « la liberté chez un citoyen vient du sentiment qu’il a de sa sûreté ». Je dois pouvoir penser, m’exprimer, agir, me déplacer, etc… sans en être empêché par un autre, fût-ce le détenteur d’un pouvoir. Au contraire, celui-ci doit protéger ma liberté dans la mesure où elle est licite. Or, la menace terroriste porte atteinte de la manière la plus violente à ce principe. Lorsqu’un juif pratiquant librement sa religion, ayant choisi pour ses enfants une école confessionnelle, pense qu’il doit quitter la France après l’attentat qui a frappé l’établissement scolaire qui les accueille, on voit à quel point le seul risque terroriste sape les libertés fondamentales. Mais c’est une arme à double tranchant car les États, pour assurer la sécurité et donc la liberté des personnes, seront tentés de limiter la liberté. Le débat existe dans toutes les démocraties. Il a lieu en ce moment même chez nos voisins suisses. En France, pour la quatrième fois depuis 1991, il se déroule à l’Assemblée à l’occasion de la présentation de la loi sur le renseignement.

Le but de la loi est double : faire face au terrorisme en accroissant les performances du renseignement, la détection des personnes et la prévention des actes, mais aussi légaliser les moyens existants qui doivent sans cesse s’adapter à l’évolution des technologies et des pratiques qu’elles entraînent. Repérer en amont un djihadiste par ses appels téléphoniques ou ses connexions sur la Toile paraît logique et légitime. 63 % des Français seraient favorables à une limitation de leurs libertés pour lutter contre le terrorisme. Mais, comme toujours, le diable se niche dans les détails, a priori dans les modalités plus que dans les objectifs. Toutefois, il y pointe déjà le bout de sa corne. Le terrorisme n’est que l’un des sept buts énumérés. Les autres ouvrent très largement l’éventail : de l’indépendance nationale à la délinquance organisée en passant par les intérêts « majeurs » du pays en politique étrangère ou économique. Sans insister sur l’interprétation du qualificatif « majeur », on soulignera également l’intérêt porté aux atteintes à la forme républicaine des institutions et à la reconstitution des groupements dissous. Il y a là, clairement, la possibilité d’une surveillance politique d’autant plus à craindre de la part d’un gouvernement qui ne cesse de contester l’appartenance à la République de certains de ses opposants.

Or, l’urgence, la nécessité d’apporter des réponses rapides justifient le recours à la procédure administrative en contournant la décision judiciaire. Les décisions de mise sur écoute seront prises par le Premier ministre, avec ou sans avis consultatif, selon l’urgence, d’une nouvelle « autorité administrative indépendante », la Commission nationale de contrôle technique du renseignement. Autrement dit, l’exécutif est le seul maître. Les recours seront possibles auprès de la Commission puis du Conseil d’État, une fois, bien sûr, qu’il sera trop tard pour échapper à une intrusion dans sa vie privée. De plus, cette observation rapprochée se fera à partir d’une surveillance massive de tous les Français. Certes, celle-ci sera automatiquement effectuée par des machines qui repéreront au moyen de logarithmes et de schémas les échanges et les individus potentiellement dangereux, mais l’utilisation d’ IMSI-catchers, fausses antennes-relais saisissant toutes les données téléphoniques dans un rayon de 500 mètres ou de « boîtes noires » chez les opérateurs ou les hébergeurs enregistrant les métadonnées des internautes, est à l’évidence une menace pour les libertés individuelles. Localiser un individu, connaître ses contacts, ses centres d’intérêt est parfois plus instructif que d’écouter une conversation. À ce stade, l’anonymat est préservé, mais dans un processus qui permet justement à terme d’identifier les individus… On comprend donc que, de la CNIL à Reporter sans frontières, en passant par le juge Trévidic et par la Quadrature du Net, ce projet soulève de nombreuses objections.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article