Loi sur le renseignement : la vie privée en danger

Publié le par Denis PIGNOL

Loi sur le renseignement : la vie privée en danger

Loi sur le renseignement : la vie privée en danger

La surveillance de masse est pour demain. Il aura suffi de 25 députés pour adopter, en première lecture, des mesures défendues avec hargne par Manuel Valls et Bernard Cazeneuve.

Boulevard Voltaire | Eloïse Gloria | Journaliste | 17-04-2015

La surveillance de masse est pour demain. Il aura suffi de 25 députés pour adopter, en première lecture, des mesures défendues avec hargne par Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. L’occasion était trop belle de profiter de l’émoi causé par les attentats de janvier pour faire passer en urgence un texte foncièrement liberticide, comme les États-Unis le firent avec le Patriot Act sur les cendres du 11-septembre. Du giga-flicage généralisé, des millions de citoyens abusivement scrutés par le Prism de la NSA. Bientôt chez vous.

Bienvenue dans l’ère des Imsi catchers, fausses antennes relais dissimulées dans des valises, qui permettent de collecter les informations de tout ordinateur ou téléphone mobile à leur portée. En théorie, seules les données de connexion pourront être interceptées. Alors tout va bien. Gloire à l’avènement des « boîtes noires » greffées sur le réseau des opérateurs et des hébergeurs internet, vouées à analyser vos pérégrinations virtuelles via un système d’algorithmes censés repérer des comportements douteux. Si vous visitez par hasard un site louche, si vous utilisez un navigateur comme Tor, vous êtes un suspect potentiel. Dès lors, les services de renseignement seront habilités à espionner vos activités sur le clavier en temps réel, à poser des micros ou des caméras chez vous et des balises de géolocalisation dans votre véhicule, sur simple décision administrative. De rares professions (avocats, journalistes…) seront épargnées.

Pour Tristan Nitot, membre du Conseil national du numérique, c’est 1984 qui débarque grandeur nature. La contre-offensive s’organise : les entreprises du Web exigent une garantie « qu’il n’y aura pas d’intrusion massive dans les contenus », sous peine de quitter la France. Les associations FDN et la Quadrature du Net ont déposé une question prioritaire de constitutionnalité ciblant les modalités floues de l’article 20. François Fillon envisage de ne pas voter la loi le 5 mai. Le Défenseur des droits Jacques Toubon dénonce un texte mal formulé aux champs d’application trop vastes, qui s’étendent aux « intérêts majeurs de la politique étrangère et la prévention de toute forme d’ingérence étrangère » et aux « intérêts économiques industriels et scientifiques majeurs de la France. » Autant dire qu’on dépasse allègrement le cadre de l’anti-terrorisme.

Le gouvernement socialiste qui, en début d’année, chantait sur tous les tons les vertus de la liberté d’expression, n’éprouve aujourd’hui aucun scrupule à spolier celle de notre vie privée. Il est vrai qu’il est épaulé dans son zèle par la complaisance d’une bonne partie de l’UMP, et par l’hébétude d’une population encore sous l’effet de l’opiacé Charlie. D’après un sondage CSA/Atlantico, 63% des Français seraient favorables à la limitation des libertés sur la Toile. Bercés (bernés ?) par les prétendus impératifs de la sécurité nationale, et peu au fait des nouvelles technologies, ils ne réalisent pas que la box de Pandore, une fois configurée, pourra un jour tracer, aspirer, décoder à l’envi leurs data personnelles.

Et après-demain ? Les internautes seront-ils sanctionnés pour des commentaires pas assez politiquement corrects ? Serons-nous censurés pour nos opinions politiques ? Coupables de réinformation ? Museler la vox populi, cadenasser le dernier contre-pouvoir, déconnecter les résistances semble être, plus que jamais, le but ultime de nos dirigeants. Ce projet de loi doit être combattu.

Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pieds Noirs 9A 18/04/2015 08:38

Ils auront beau faire ce qu'ils voudront ,en rien ne changera la situation du pays France .C'est une politique de gauche communiste en place que personne voulait me croire, que maintenant se mettent le doigt ou je pense ..dont un peuple d'inconscient et d'assisté leurs a favorisé le pouvoir ..C'est une dictature ex URSS mise en place .La Pravda journalistique décriront les noms chaque matin de ceux qui aiment leurs pays et de les emmenotter ..Pour ma part !!! Ils seront déçus du voyage en faveur de l'islam , car eux fonctionne d'une autre façon .. Merci encore a tous ceux qui ont voté pour une voie de dictature communiste ...Français vous-vous êtes trahis ..