Le tribunal administratif de Toulouse vandalisé et couvert de menaces islamistes

Publié le par Denis PIGNOL

MAIS SURTOUT, PAS D'AMALGAMES !!!

Le tribunal administratif de Toulouse vandalisé et couvert de menaces islamistes

Le tribunal administratif de Toulouse vandalisé et couvert de menaces islamistes

Le tribunal administratif de Toulouse a jugé 1.853 affaires en matière de droit des étrangers, dont 514 mesures d’éloignement. Les reconduites à la frontière d’individus dangereux ont pu énerver leurs amis toujours présents sur notre territoire.

Boulevard Voltaire | Gabriel Robin | Juriste | 14-03-2015

Stupeur au tribunal administratif de Toulouse. Le matin du 9 mars dernier, le bâtiment a été saccagé de fond en comble. Les fonctionnaires du tribunal administratif ont pu découvrir avec effroi les dossiers éparpillés sur le sol, les photocopieurs renversés et, plus grave, des inscriptions menaçantes à la bombe de peinture noire. Cet acte gravissime n’a été que peu commenté par les médias, à l’exception de La Dépêche du Midi dans une version expurgée de certains éléments édifiants, et Atlantico, qui n’a pas hésité à se faire l’écho de ce fait divers qui s’apparente à un acte de quasi-terrorisme.

Dans le contexte post-attentats islamistes que nous connaissons, et trois ans après l’affaire Merah à Toulouse, trouver sur quatre étages des inscriptions telles que « Le prophète te jugera » ou « Avertissement », le tout accompagné du nom d’une magistrate (de confession musulmane) en exercice, donne des sueurs froides. Notre pays n’est pas remis des massacres de janvier mais ne doit surtout pas détourner le regard face aux divers actes intermédiaires ; ils sont révélateurs d’une situation de crise inédite et plus que périlleuse.

La nature des faits indique clairement qu’il ne s’agit pas d’un acte commis par de simples voyous, mais bel et bien d’un avertissement vengeur lancé par un commando déterminé, peut-être islamiste. Le tribunal administratif de Toulouse a jugé 1.853 affaires en matière de droit des étrangers, dont 514 mesures d’éloignement. Les reconduites à la frontière d’individus dangereux ont pu énerver leurs amis toujours présents sur notre territoire. Sont-ce des personnes aux motivations comparables à messieurs Kouachi, Coulibaly, Nemmouche ou Merah ? Nous ne pouvons plus l’exclure aujourd’hui.

Les syndicats de policiers et de magistrats sont très inquiets, ils demandent de véritables mesures de protection. L’UNSA-Police prie les « pouvoirs publics de ne pas prendre ces menaces à la légère et d’assurer protection et assistance aux victimes de ces menaces ». Le tribunal ne bénéficiait d’aucune mesure de protection particulière alors qu’il est au cœur de la machine, et traite des dossiers conflictuels dans une France qui ne l’est aujourd’hui pas moins.

Les Français doivent être largement informés de cette situation, non pas pour sombrer dans la spirale de la psychose mais bien pour se préparer à un futur de plus en plus incertain. Le pouvoir politico-médiatique ne pourra pas longtemps cacher la situation dans laquelle nous a plongés le terrible laxisme des différents gouvernements qui se succèdent à la tête de l’État depuis plusieurs années. Les fonctionnaires de l’ordre judiciaire, tout comme les journalistes, doivent être considérés comme des personnalités à protéger en priorité.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article