Le détail de l’histoire

Publié le par Denis PIGNOL

Le détail de l’histoire

Le détail de l’histoire

Les conséquences de la Shoah continuent à orienter l'histoire du monde puisque la création d'Israël en est la suite...

Boulevard Voltaire | Daniel Germain | 12-04-2015

Le Pen a parlé, à propos des camps de concentration, de « détail de l’histoire de la guerre » et les journalistes ont retenu « détail de l’Histoire », ce qui n’est pas du tout la même chose.

Dans sa rage de détruire tout ce qu’il a construit, Le Pen se lance dans des provocations véhémentes avec l’espoir de voir sombrer son parti avec lui. Dans une sorte de retour à l’enfance, il invective les Français avec ses vieux démons recuits.

Néanmoins, l’histoire de la guerre, ce n’est pas cela. La France s’est battue contre les forces allemandes et a perdu, puis des gens courageux ont décidé de résister tandis que d’autres ont collaboré. Ni les Américains, ni les Soviétiques ne sont entrés en guerre à cause de la Shoah. De grandes manœuvres militaires, pour la première fois à l’échelle de la planète, se sont déroulées, en Europe, en Asie, dans le Pacifique, mais jamais dans les camps, qui n’ont pas été bombardés. En ce sens, et en faisant abstraction de cette provocation, les camps de concentrations sont un détail de l’histoire de la guerre.

Par contre, ce n’est, bien sûr, pas un détail de l’Histoire.

C’est au premier titre une abomination que rien ne peut justifier et, si d’autres génocides se sont déroulés avant et malheureusement après, on reste désespéré devant une telle organisation meurtrière. Les conséquences de la Shoah continuent à orienter l’histoire du monde puisque la création d’Israël en est la suite et l’on sait bien le rôle fondamental de cet événement majeur dans l’Histoire moderne.

L’immigration incessante qui se déroule en France et en Europe ne se serait certainement pas produite sans la mauvaise conscience du monde occidental. Le bon sens aurait prévalu face aux manœuvres politiciennes de la gauche, et la droite aurait certainement été plus ferme dans ses positions.

Le Pen commet une faute morale et politique en laissant les commentateurs tronquer sa phrase. C’est un fait majeur de l’histoire de l’humanité, par son horreur et par l’influence plus que durable sur l’évolution de l’Occident et du monde, mais ce n’est pas un fait important de l’histoire militaire de la Seconde Guerre mondiale, chacun des deux camps jouant ainsi à sa façon avec des mots qui sont lourds de sens.

L’histoire militaire de la France et l’histoire du monde et de l’humanité méritent davantage de respect.

Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article