La difficile refonte du dialogue avec les musulmans de France

Publié le par Denis PIGNOL

Photo d'illustration. Détail d'une façade de la mosquée de Paris. © CITIZENSIDE/JEAN PIERRE NGUYEN
Photo d'illustration. Détail d'une façade de la mosquée de Paris. © CITIZENSIDE/JEAN PIERRE NGUYEN

La difficile refonte du dialogue avec les musulmans de France

Le Point - Publié le 27/02/2015 à 07:43

Le gouvernement souhaite faire émerger un nouvelle génération de leaders religieux, "plus représentatifs". Mais la tâche s'annonce ardue...

La refonte du dialogue avec les musulmans voulu par le gouvernement vise à faire émerger une nouvelle génération de chefs de file issus du terrain, mais certains redoutent une "coquille vide" visant surtout à rassurer l'opinion après les attentats. "Notre première réaction a été de dire : enfin. Ils ont compris qu'on ne pouvait plus continuer comme avant avec le CFCM (Conseil français du culte musulman, ndlr), en maintenant un cadavre en vie artificiellement", affirme M'hammed Henniche, secrétaire général de l'Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93). Créé en 2003, le CFCM peine à représenter les 4 à 5 millions de musulmans vivant en France. "Ils ne se reconnaissent nullement dans des personnages falots et insignifiants, sans aucune compétence théologique ni connaissance de la liturgie islamique", affirme l'islamologue Ghaleb Bencheikh dans une tribune au Monde daté de vendredi. Il ne faut pas s'étonner, dans ces conditions, que certains jeunes "soient la proie facile des idéologues sermonnaires doctrinaires", ajoute-t-il.

Pour aider à contrer ces dérives, le gouvernement a annoncé mercredi la mise en place d'ici l'été d'une "instance de dialogue" avec les musulmans, dont les contours restent encore flous, mais qui devrait rassembler des acteurs plus divers que le seul CFCM : associations, intellectuels ou imams, que les préfets devront identifier d'ici l'été. "On va faire confiance aux associations implantées localement", espère M'hammed Henniche. "Peut-être les musulmans du terrain se sentiront écoutés. Peut-être de nouveaux leaders émergeront." Dénonçant les liens avec l'Algérie, le Maroc ou la Turquie des grandes fédérations représentées au CFCM, le responsable de l'UAM 93 juge que le Conseil "doit passer la main, de gré ou de force". "C'est fini, les chibanis. Les jeunes musulmans sont nés ici, ils ont grandi ici", ajoute-t-il.

Structurellement irreprésentable

Mais qui accepter dans la nouvelle instance ? Lors d'un déplacement mercredi à Bordeaux, Bernard Cazeneuve a rencontré le recteur de la mosquée Tareq Oubrou, cofondateur de l'Association des imams de France, et bon exemple des personnalités que l'instance pourrait intégrer. Gare toutefois au jacobinisme face à cette question "complexe", note le politologue Mohamed Ali-Adraoui. Pour lui, "la France cherche à mettre en place un islam d'en haut", le reproche même qui avait plombé le CFCM. Les pouvoirs publics "ne vont pas faire entrer des gens vindicatifs" ou extrémistes parmi leurs interlocuteurs. "Cela signifie que l'État français a une vision de ce que doit être le religieux", un "paradoxe" dans un pays laïc, souligne-t-il. En mettant en place une structure qui se réunira deux fois par an autour du Premier ministre, le gouvernement s'est inspiré de ce qui existe avec l'"instance Matignon" pour les catholiques. Mais l'islam de France, moins hiérarchisé, plus éclaté, est "structurellement irreprésentable", note le politologue.

De plus, son utilité peut sembler limitée pour combattre le radicalisme. "Est-ce que les frères Kouachi auraient accordé beaucoup d'importance à cette instance?" s'interroge encore Mohamed Ali-Adraoui, pour qui "de manière très claire, on a un formatage, un modelage d'une religion". "C'est un débat qui est fait pour rassurer une partie de l'opinion française, qui a été largement sonnée" par les attentats parisiens de début janvier, ajoute-t-il. D'autres vont plus loin, comme Fateh Kimouche, acteur influent de la blogosphère islamique. "Cela risque de tourner à la coquille vide, à la réunionite", estime-t-il. "On a besoin de plus de terrain au lieu de refaire un autre mille-feuille administratif". Il souligne aussi le paradoxe de vouloir lutter contre les stigmatisations en s'adressant aux musulmans en tant que tels. "Si on ne change pas le logiciel, on ne changera pas le mode de dialogue", assure-t-il, en rappelant qu'il y a eu plus d'actes islamophobes en janvier que durant toute l'année 2014. "Sous prétexte qu'on a des Kouachi, des Merah, on amalgame tout le monde", regrette-t-il.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article