La consommation de cannabis explose !

Publié le par Denis PIGNOL

Montage DR
Montage DR

La consommation de cannabis explose !

Si nous en sommes là, nous le devons en grande partie à nos dirigeants qui refusent de mettre en place une prévention sérieuse, dès le plus jeune âge.

Boulevard Voltaire | Serge Lebigot | Responsable associatif | Président de l'association "Parents contre la drogue" | 23-04-2015

Après avoir baissé pendant 11 ans, la consommation de cannabis explose de nouveau, comme le montrent les chiffres publiés par l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies). Non seulement ces chiffres sont catastrophiques, mais de plus, ils sont accablant pour nos dirigeants, qui n’ont pas pris de réelles mesures pour enrayer cela.

On peut ajouter à ce triste bilan un usage de plus en plus précoce de la consommation de cannabis (l’âge moyen est actuellement de 13 ans).

Si nous en sommes là, nous le devons en grande partie à nos dirigeants qui refusent de mettre en place une prévention sérieuse, dès le plus jeune âge. C’est-à-dire une prévention primaire qui consiste à lutter contre les risques, avant l’apparition de tout problème. La prévention fonctionne si elle est faite correctement. Des exemples de préventions efficaces telles que celles sur la ceinture de sécurité, sur certains cancer, etc., ont prouvé leur efficacité. En comparaison, qu’ont fait nos dirigeants et la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) pour la prévention des drogues ? Nous n’avons pas de réelle campagne de prévention qui apprendrait aux jeunes les conséquences potentielles sur leur décision de consommer du cannabis ou d’autres drogues. Il n’est donc pas surprenant que certains jeunes ne sachent plus quoi penser au sujet du cannabis et prennent de mauvaises décisions.

Malgré ces chiffres plus qu’inquiétants, quelques élus continuent à soutenir les partisans de la légalisation du cannabis. Ce lobby de la légalisation du cannabis (le même que pour les salles de shoot) est très habile pour désinformer l’opinion publique et ose encore parler de drogue douce. Pourtant, pour les scientifiques, le terme drogue désigne toute substance, autre que les aliments, qui est absorbée pour modifier la façon dont le corps ou l’esprit fonctionnent. Cette définition du mot drogue correspond bien au cannabis.

Ce concept de drogue douce est dénué de tout fondement, car il n’existe aucun critère scientifique permettant un tel classement. Par ailleurs, il a contribué à l’incompréhension, à la désinformation et à l’accroissement de la tolérance à l’égard de la consommation de cannabis. Les personnes qui utilisent ce terme ne saisissent pas la vraie nature de la drogue ou cherchent tout simplement à manipuler l’opinion.

Le cannabis est une drogue puissante aux effets variés qui constitue une menace pour la santé et le bien-être des jeunes, particulièrement au moment critique de leur vie, c’est-à-dire à l’adolescence, moment où ils apprennent, mûrissent et créent les bases de leur vie d’adulte. C’est également à ce moment que les jeunes sont confrontés à de nombreux défis liés à leur développement, qui nécessitent de leur part la pleine possession de leurs facultés. Le cannabis les empêche d’accomplir ces tâches. Il est souvent associé aux échecs scolaires, aux comportements antisociaux, à la médiocrité au travail, ainsi qu’aux problèmes d’apprentissage chez les jeunes.

Malgré ces chiffres plus qu’inquiétants, rien n’est perdu. Les parents peuvent inverser la tendance ; pour cela, il faut qu’ils s’informent et qu’ils parlent à leurs enfants des dangers du cannabis.

Il faut tout faire pour réduire considérablement la demande de cannabis. Pour cela, il est important que sa consommation ne soit pas perçue par les jeunes comme une pratique à laquelle souscrit la société et qu’elle ne soit pas non plus considérée comme « sans danger ».

Publié dans presse nationale

Commenter cet article