Enfumage gouvernemental : non, le chômage n’a pas baissé, il a augmenté !

Publié le par Denis PIGNOL

Enfumage gouvernemental : non, le chômage n’a pas baissé, il a augmenté !

Enfumage gouvernemental : non, le chômage n’a pas baissé, il a augmenté !

Le nombre de chômeurs commenté dans la presse concerne les demandeurs d’emploi de la catégorie A.

Boulevard Voltaire | Gabriel Robin | Juriste | 27-02-2015

Manuel Valls triomphal l’a annoncé : le chômage a baissé au mois de janvier. Enfin, il paraît ; car lorsque l’on regarde les chiffres de plus près, le chômage n’a pas baissé, il a tout au contraire continué d’augmenter.

Le nombre de chômeurs commenté dans la presse concerne les demandeurs d’emploi de la catégorie A. Celle-ci, selon la définition donnée par Pôle emploi, comprend les « demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ». Pourtant, il existe d’autres catégories de demandeurs d’emploi, lesquelles ne semblent pas intéresser le gouvernement. Le nombre des inscrits à Pôle emploi comprend quatre autres catégories de demandeurs à la recherche d’un emploi. La catégorie B concerne les « demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte » (c’est-à-dire de 78 heures ou moins au cours du mois), et la catégorie C concerne les « demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue » (c’est-à-dire de plus de 78 heures au cours du mois). Les deux autres catégories, D et E, concernent des demandeurs d’emploi qui ne sont pas tenus de faire des actes positifs, soit en raison de maladies ou de formations, soit parce qu’ils bénéficient d’un contrat aidé ; je ne commenterai donc pas ces chiffres.

On constate, pour le mois de janvier de l’année 2015, une réduction des demandeurs d’emploi de la catégorie A de l’ordre de 0,5 % des concernés, soit 19.100 personnes. Selon l’économiste Jacques Sapir, le nombre de bénéficiaires du RSA-socle en catégorie A « a augmenté de 21.800 de décembre 2014 à janvier, et les radiations pour différents motifs (cessation d’inscription et radiations administratives) ont progressé en un mois de plus de 5.000 personnes ». Par ailleurs, les catégories B et C ont augmenté pour le mois de janvier 2014, notamment la catégorie C qui comprend désormais 35.000 demandeurs d’emplois supplémentaires. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi s’est accru de 16.000 personnes entre décembre 2014 et janvier 2015.

Manuel Valls et le gouvernement ont un comportement indécent en cherchant à faire croire aux Français, en période de campagne électorale (et en prévision d’une fessée dans les urnes), à une diminution du nombre de demandeurs d’emploi qui signifierait que la politique menée est la bonne. Le procédé est malhonnête, voire mensonger.

Quand, au cours d’une conférence de presse du 5 février dernier, François Hollande déclarait : « Il n’y a pas de montée inexorable du chômage », il mentait sciemment, ou faisait montre de son incompétence. Car la montée du chômage est inexorable avec la politique d’austérité du gouvernement : euro trop cher, fiscalité excessive sur les TPE et PME, contraintes légales à l’embauche… Sans rupture avec ces politiques néfastes, le chômage de masse sera endémique et le phénomène ira s’intensifiant.

Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article