Dropped : récupération émotionnelle et politique à la une !

Publié le par Denis PIGNOL

Dropped : récupération émotionnelle et politique à la une !

Dropped : récupération émotionnelle et politique à la une !

Les réseaux sociaux sont remplis de réactions de députés, qui de gauche qui de droite, « qui les ont bien connus ».

Boulevard Voltaire | Patrick Crasnier | Photojournaliste | 11-03-2015

Un dramatique accident d’hélicoptère s’est produit durant la nuit de lundi 9 à mardi 10 mars en Argentine. Dix personnes ont trouvé la mort dont quelques célébrités sportives. C’est regrettable, c’est malheureusement la vie.

Ce qui me choque dans cette affaire, ce n’est pas l’horreur de l’accident, ce n’est pas non plus la peine légitime des proches des victimes. Non ce qui me met en colère et qui me heurte, c’est la récupération médiatique et politique qu’en font certains comme le Premier ministre. Surfer sur la vague de Charlie n’est plus possible alors on pourrait presque croire que cet accident est une aubaine. Le Premier ministre, rapide comme toujours à occuper l’espace médiatique, a fait pleurer les foules avec la manipulation émotionnelle. Il n’était pas assisté d’un médecin urgentiste en pleurs, mais ses mots ont été de portée nationale : « La France entière est en deuil. » D’ici à ce qu’il appelle, le 22 mars, à défiler avec des pancartes Nous sommes tous TF1 au lieu d’aller voter…

Loin de moi l’idée de ne pas être ému devant un accident comme celui-ci, les victimes connues étaient des sportifs sympathiques et je suis certain que leur perte nous chagrine tous un peu. Mais je me permets de rappeler au Premier ministre que, chaque semaine, les accidents de la route tuent beaucoup plus que les rares accidents d’hélicoptère… Il pourrait venir devant les caméras entre deux délires contre le FN, proclamer le deuil national toutes les semaines s’il le souhaite, et même proclamer un deuil national à l’année tant les victimes sont nombreuses. Il y en a même des connues dans le nombre.

Malheureusement, Manuel Valls n’est pas le seul dans la surenchère émotionnelle et médiatique : les réseaux sociaux sont remplis de réactions de députés, qui de gauche qui de droite, « qui les ont bien connus ». Même des vieux ministres plus du tout dans l’orchestre national de la politique, mais qui sont planqués en Europe, viennent dire « toute leur compassion » (surtout pour les victimes connues, les autres sont beaucoup moins intéressantes…).

J’ai honte de mon pays quand je vois la classe politique s’abaisser à un tel niveau de récupération, uniquement parce qu’ils sont incapables d’exister par leurs qualités (absentes très souvent). La mort comme argument électoral, c’est le pire de ce que l’on peut entendre dans un discours qui se veut politique : et pourtant, c’est bien la seule chose qui émerge de cette classe politique.

Difficile de tenir jusqu’au premier tour des élections mais avec le rapatriement des corps, des obsèques — peut-être pas nationales, quand même sous le feu des caméras —, ils vont bien faire une grosse semaine. Et nous verrons à ces obsèques tous ceux qui veulent figurer au premier rang sur la photo…

Publié dans presse nationale

Commenter cet article