Défense : les réservistes à la rescousse ?

Publié le par Denis PIGNOL

Défense : les réservistes à la rescousse ?

Défense : les réservistes à la rescousse ?

Alors que la Journée nationale du réserviste battait son plein le 27 mars, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian appelait à la mobilisation des réservistes dans la lutte contre le terrorisme.

Boulevard Voltaire | Henri Saint-Amand | Consultant | 30-03-2015

Ce n’est pas une coïncidence : alors que la Journée nationale du réserviste battait son plein le 27 mars, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian appelait à la mobilisation des réservistes dans la lutte contre le terrorisme. Il a annoncé son intention de voir 1.000 réservistes déployés chaque jour dans le cadre des opérations de défense du territoire national et de la protection des sites sensibles dans le cadre de l’opération « Sentinelle ». Soit 700 de plus que ceux qui sont mobilisés actuellement sur le territoire national. Le ministre a même émis le souhait que le nombre global de réservistes puisse à l’avenir augmenter de 28.000 à 40.000. Cet objectif pourrait être inscrit dans le texte qui va réactualiser la loi de programmation militaire et qui sera présenté au Parlement avant l’été.

L’intention est bonne, fort louable, mais elle se heurte au mur de certaines réalités. La principale d’entre elles étant celle de l’employeur qui a du mal à lâcher son employé quel que soit son statut et sa positon dans l’entreprise. En effet, le réserviste, citoyen comme un autre, travaille pour nourrir sa famille. Il a un patron. La loi accorde à cet employé-réserviste (qui a signé un engagement à servir dans la réserve – ESR) le droit de prendre cinq jours par an sans que le patron n’ait son mot à dire. Le ministre pourrait porter à dix le nombre de jours de présence effective que les réservistes doivent accomplir dans un cadre annuel afin de faire l’objet d’une notation et rendre, par conséquent, ces dix jours obligatoires. Pour le patron, c’est « Fermez le ban » ou « Rompez ». Il n’a pas le choix.

Mais au-delà de ces cinq jours aujourd’hui, ou dix demain, le patron peut refuser de laisser son réserviste effectuer une période. Ne parlons pas des opérations extérieures (OPEX) quand l’employé est pressenti pour partir au Mali, au Tchad, au Liban ou sur tout autre théâtre. Pour l’employé-réserviste, c’est quasiment mission impossible. Et quand il revient de trois, quatre voire six mois d’OPEX, il n’est pas sûr de retrouver son poste, malgré les garanties de la loi.

Rendre le réserviste disponible et plus « réactif », selon les mots du ministre, nécessite plus de souplesse législative. Cela nécessite aussi que l’employeur soit « indemnisé » à hauteur du préjudice qu’il subit, car ce sont généralement des pièces maîtresses de son dispositif qui réendossent le treillis. Le manque à gagner peut se révéler important pour l’entreprise. Ne parlons pas des conséquences en termes d’organisation du travail.

Bref, tout ce dispositif législatif a un coût et la France est en état de quasi-faillite. Qui financera ? Une solution existe, sans doute. Souvenez-vous. En mars 2013, le directeur des ressources humaines du ministère de la Défense avait invité les réservistes opérationnels qui le souhaitaient à servir bénévolement. L’idée avait été vite enterrée. Elle pourrait peut-être revenir des tréfonds de la terre…

Publié dans presse nationale

Commenter cet article

Pieds Noirs 9A 30/03/2015 08:33

OUI!!! leurs idées me fait rire ,dans ses réservistes, plus des trois quart son anti France et collabos .Vraiment l'anarchie complète dans ce pays d'inconscient et d'innocent qui nous gouvernent .Nous connaissons toutes ses bonnes consciences ..Un état qui ne sait pas protéger son pays ,est un pays laissait a la proie des loups .. Si nous sommes déjà a demander a des réserviste ,nous sommes foutu ..Comme nous voyons un chef de l'état qui va faire le Charlie en Tunisie que cela ne nous concerne pas ,alors que les loups du désert ont des campements un peu partout en France ..Comme nous voyons flottait des drapeaux étrangers en France et traité comme il ont fait a Béziers l'OAS d'assassins ,alors dans ses groupes là.., il y avait de nombreux d'enfant Du FLN tortionnaire de Famille civils innocentes qui ne demandait rien a personne ..Faites cela chez eux et vous verrez ..Donc l'état et bien complice de leurs faits et gestes ,Je vous remercies ..