Création d’une armée européenne : exemple-type d’une fausse bonne idée !

Publié le par Denis PIGNOL

Création d’une armée européenne : exemple-type d’une fausse bonne idée !

Création d’une armée européenne : exemple-type d’une fausse bonne idée !

Depuis 1870, l'histoire nous apprend qu'il convient de rester modeste quant à nos capacités militaires qui ne sont, dois-je le rappeler, rien d'autre que le reflet de la volonté du pays à se défendre et à se battre.

Boulevard Voltaire | Daniel Thomas | Ancien soldat | 12-03-2015

Tous ceux qui connaissent un peu la chose militaire savent que la création d’une armée européenne est, à l’heure actuelle, totalement irréaliste. Au mieux parvient-on à juxtaposer des unités en leur donnant un commandement multinational unique, comme c’est le cas avec l’Eurocorps. De multiples raisons à cela : la langue, tout d’abord, mais aussi les mentalités, les us et coutumes, les équipements, les missions, l’instruction, l’entraînement, les manières d’être et de faire…

Quant à ceux qui rêvent d’une hégémonie française dans ce domaine, compte tenu de l’excellence de notre armée, je rappellerai simplement qu’il suffit de regarder autour de nous pour constater que nous ne sommes pas les seuls au monde et que nos voisins ne se débrouillent pas si mal.

J’en veux pour preuve l’équipement de nos troupes. Pourquoi vendons-nous aussi peu de nos matériels à nos voisins européens ? Exemple emblématique : le char Leclerc, autoproclamé « meilleur char de combat au monde ». Nous n’avons réussi à l’exporter qu’aux Émirats arabes unis, et encore a-t-il fallu l’équiper d’un moteur MTU… Le Leopard 2 de nos amis germaniques équipe l’armée allemande, bien évidemment, mais aussi les armées autrichienne, danoise, espagnole, grecque, finlandaise, suisse, hollandaise, polonaise, suédoise, norvégienne, portugaise et turque…

Quant à notre savoir-faire indéniable dans des domaines hautement qualifiés, comme notamment la capacité d’entrer en premier, il faut voir les choses en face : cela fonctionne très bien en Afrique, face à un ennemi peu structuré, mais qu’en serait-il face à une armée digne de ce nom ? Depuis 1870, l’histoire nous apprend qu’il convient de rester modeste quant à nos capacités militaires qui ne sont, dois-je le rappeler, rien d’autre que le reflet de la volonté du pays à se défendre et à se battre.

M. Juncker dit : « On ne créerait pas une armée européenne pour l’utiliser immédiatement. Mais une armée commune à tous les Européens ferait comprendre à la Russie que nous sommes sérieux quand il s’agit de défendre les valeurs de l’Union européenne. » N’oublions pas que M. Juncker est un homme politique socialiste. Il aime donc beaucoup parler, comme tous les hommes politiques, et quand il a parlé, il pense avoir agi, comme tous les socialistes.

Je me permettrai de lui donner quelques conseils : tout d’abord, commencez par vous occuper de ce qui ressort de votre domaine de responsabilité. La Défense n’en fait pas partie.

Ensuite, affermissez l’identité européenne. Arrêtez de nous vanter et de nous vendre une idéologie à laquelle le peuple ne croit pas. Faites en sorte que nous soyons en sécurité chez nous, dans nos villes et nos maisons. Donnez du travail à nos ouvriers.

Dès lors que vous aurez atteint ces objectifs, oui, il sera temps de lever une armée et de jouer les gros bras.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article