Contrôleurs aériens : 6550€/mois, 32h, retraite à 57 ans, 97 jours de congé, et ils font grève !

Publié le par Denis PIGNOL

Contrôleurs aériens : 6550€/mois, 32h, retraite à 57 ans, 97 jours de congé, et ils font grève !

Contrôleurs aériens : 6550€/mois, 32h, retraite à 57 ans, 97 jours de congé, et ils font grève !

Lagauchematuer | Pierre Parrillo | Blogueur http://pierre.parrillo.over-blog.fr/ | 9 avril 2015

Les enfants gâtés du syndicalisme français ! Une belle bande d’hypocrisie au comportement purement égoïste !

Je regardais hier soir, comme très fréquemment d’ailleurs, le 20h de France 2 qui évidemment ne pouvait pas ne pas aborder la question de la grève des contrôleurs aériens, qui paralyse une grande partie du trafic aérien français au départ des aéroports français.

Je suis passé à deux doigts de m’étouffer avec mon sushi (sans mentir) au moment où a été abordée la question des luxueux privilèges accordés à nos très chers contrôleurs aériens contestataires :

– salaire de 6 550 € par mois en milieu de carrière ;

– 32 heures de travail par semaine ;

– 97 jours de congé par an ;

– retraite à 57 ans.

Et là je vous passe les probables avantages en terme de billets d’avion à prix réduits pour eux et leurs familles…

Savez-vous pourquoi les contrôleurs aériens font grève ?

L’intensité du trafic aérien serait devenue ces dernières années plutôt aléatoire, avec des périodes de creux très marqués et d’autres très surchargées. Il apparaît donc comme parfaitement logique que les contrôleurs aériens s’adaptent à cette évolution de leur métier… Bah non ! Surtout pas ! Pourquoi ? Parce que ces petits privilégier totalitaires et capricieux seraient obligés de travailler davantage les week-ends et lors des vacances scolaires. Ce qu’ils ne disent pas, c’est qu’en acceptant de nouvelles conditions de travail, ils négocieront les avantages qui iront avec !

Autre point, le renouvellement des licences des contrôleurs aériens, régies par l’Union Européenne et censés garantir le niveau de compétence des agents. Là aussi, les syndicats dénoncent « l’amoncellement de nouveaux règlements européens […] qui fait peser, sans réelles justifications, des contraintes lourdes sur ce qui constitue [leur] permis de travail ». Le crash de la GermanWings nous a pourtant démontré qu’il existe des secteurs où imposer des contraintes est parfaitement logique… Question de sécurité…

Et enfin, dernière revendication, l’âge de départ en retraite, qui devrait passer de 57 à 59 ans. Ca aussi ils sont contres… « Nous sommes le seul pays d’Europe occidentale à autoriser aux contrôleurs de travailler jusqu’à cet âge. Les charges de travail sont importantes. Il y a un vrai problème de capacité à exercer le métier à mesure que l’âge avance. »

Et les mecs qui bossent sur le chantier été comme hiver, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, payés une misère, sans R.T.T et qui enchaînent les heures supplémentaires et qui partent en retraite à 62 ou 65 ans ils en pensent quoi ces enfants gâtés qui passent leur vie bien au chaud perchés là-haut, très confortablement installés dans leur tour de contrôle ? Où est la raison ?

Que l’on revienne à la raison et que l’on arrête de prendre les français en otages ! Ras-le-bol de ces petits groupuscules de radicaux, couramment appelés syndicats, qui de par leurs méthodes, installent de manière durable des climats délétères partout où ils officient, en usant parfois de méthodes plus que contestables, voir limite indignes !

Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article