Combien coûtent nos anciens présidents de la République ?

Publié le par Denis PIGNOL

Les retraites touchées par les anciens présidents de la République et les dépenses publiques consenties par l'État pour leur sécurité sont incroyablement élevées. © Charles Platiau / AFP
Les retraites touchées par les anciens présidents de la République et les dépenses publiques consenties par l'État pour leur sécurité sont incroyablement élevées. © Charles Platiau / AFP

Nouailhac : combien coûtent nos anciens présidents de la République ?

Jean Nouailhac | Le Point - Publié le 26/02/2015 à 06:03

René Dosière a récemment dévoilé les dépenses de l'État pour les anciens présidents Giscard d'Estaing, Chirac et Sarkozy. Mais il n'a pas tout dit.

René Dosière, député PS qui s'est fait une spécialité de dénoncer les dépenses superfétatoires de l'État, avait commencé sa recherche de transparence par un livre, L'Argent caché de l'Élysée (Seuil, 2007), dans lequel il s'attaquait vertement aux dépenses plus ou moins opaques de l'Élysée sous Jacques Chirac. Après deux autres enquêtes sur L'État au régime et Le Métier d'élu local (Seuil, 2012 et 2014), le voici qui revient à ses premières amours, l'Élysée. René Dosière, qui est un peu le "Monsieur Propre" de l'Assemblée et qui pratique le "parlementarisme d'investigation" comme certains reporters le " journalisme d'investigation", utilise son statut de député pour ouvrir des portes interdites aux journalistes.

C'est ainsi qu'il a pu obtenir et publier sur son blog certains chiffres sur le coût pour l'État des trois anciens présidents, Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Ces ex de l'Élysée, en effet, bénéficient de nombreux et considérables avantages en nature, non imposables, un appartement de fonction meublé avec deux employés de maison, une protection rapprochée de deux policiers, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents.

François Mitterrand à l'origine du dispositif

Le seul ancien président qui n'ait pas profité du système, François Mitterrand, décédé quelques mois après avoir quitté l'Élysée, est celui qui en est à l'origine, ayant demandé à son homme de confiance, Michel Charasse, de prévoir un dispositif, jusqu'alors inexistant. Sauf que, comme souvent en France, les choses ont dérapé. La sécurisation des domiciles et des résidences secondaires des ex-présidents, qui n'était pas prévue, coûte excessivement cher, car, pour assurer une protection permanente autour d'un domicile, il faut mobiliser une bonne quinzaine de gendarmes pour tenir compte des horaires de nuit, des vacances et des aléas des uns et des autres.

Quoi qu'il en soit, l'estimation de René Dosière des dépenses annuelles payées par l'État est de 2,5 millions d'euros par an pour VGE, 2,2 pour Sarkozy et 1,5 pour Chirac. Et si on calcule bien, VGE étant à la retraite de l'Élysée depuis 1981, on arrive pour lui à un total de 85 millions d'euros (2,5 x 34 années), pour Chirac de plus de 10 millions (en 8 ans) et pour Sarkozy de plus de 6 millions (en 3 ans), soit, pour les trois, un global de 100 millions d'euros, chiffre assez colossal pour des hommes qui n'ont pas nécessairement besoin d'être assistés à ce point-là ni pour ce prix-là.

Une retraite de 360 000 euros par an pour Giscard d'Estaing

Or, René Dosière s'est arrêté un peu tôt dans son enquête. Il a complètement zappé le coût de ceux qui, ayant été fonctionnaires et donc payés par l'État durant toute leur vie professionnelle, le sont encore aujourd'hui pour leur retraite. De plus, ayant été parlementaires tout en étant hauts fonctionnaires, ils ont pu bénéficier du privilège exorbitant de pouvoir cumuler différentes pensions, pour lesquelles ils n'ont fait que cotiser. L'iFRAP, cet institut indépendant qui se consacre depuis 30 ans à l'analyse des politiques publiques, vient justement d'étudier la question dans une étude publiée en janvier dernier.

Il en ressort que, Nicolas Sarkozy n'ayant jamais été fonctionnaire, les deux ex-présidents concernés sont Giscard d'Estaing et Chirac, en attendant Hollande... Pour Valéry Giscard d'Estaing, sa retraite officielle est estimée à 18 000 euros par mois plus les 12 000 euros du Conseil constitutionnel que l'on peut considérer comme une retraite additionnelle, soit 30 000 euros au total, ce qui fait 360 000 euros par an. On en sait plus sur Jacques Chirac, qui cumule une retraite d'ancien président de la République (63 000 euros brut par an) avec une retraite d'ancien député de Corrèze, de conseiller général de Meymac, de maire de Paris et de conseiller référendaire à la Cour des comptes, le tout pour 19 000 brut par mois soit 228 000 euros par an, Chirac ne pouvant plus ou ne voulant plus siéger au Conseil constitutionnel pour raisons médicales.

Hollande devrait coûter un peu plus cher que Chirac

François Hollande, d'après l'iFRAP, citant le service de communication de l'Élysée, serait "le bénéficiaire potentiel des liquidations mensuelles des pensions nettes" suivantes : 5 184 euros en tant qu'ancien président de la République, 6 208 euros en tant qu'ancien député, 3 473 euros en tant qu'ancien conseiller référendaire à la Cour des comptes - où, comme Jacques Chirac, il n'a mis effectivement les pieds que quelques années tout en cotisant plein pot le reste du temps -, et enfin 403 euros pour diverses autres fonctions secondaires, soit un total de 15 268 euros net mensuels. Lorsque François Hollande aura quitté l'Élysée, il bénéficiera de ces 15 268 euros net de retraites cumulées, ainsi que des 12 000 euros brut du Conseil constitutionnel, soit plus de 27 000 euros par mois (324 000 euros par an) auxquels s'ajouteront bien entendu les mêmes avantages spéciaux que ses prédécesseurs.

En fin de compte, ce que nous coûtent nos anciens présidents retraités est sérieusement plus élevé qu'annoncé par René Dosière, si l'on ajoute leurs méga-retraites à leurs avantages en nature : VGE passerait ainsi à un coût global de 2 860 000 euros par an et Chirac de 1 730 000 euros. Pour François Hollande, il faudrait prévoir un peu plus que pour Chirac. Enfin, dans l'hypothèse où l'actuel président prendrait sa retraite en 2017 et où son prédécesseur ne serait pas réélu, et en souhaitant que les deux plus anciens - Giscard et Chirac - vivent encore de nombreuses années, on peut estimer que nos quatre présidents retraités, réunis dans un même budget, coûteraient à la France près de 10 millions d'euros par an. Question : ne serait-il pas temps d'envisager quelques économies sur ce budget qui dépasse l'entendement pour seulement quatre de nos concitoyens, au seul critère qu'ils auraient pu jouer un rôle éminent dans l'histoire de France ? S'agissant d'hommes totalement responsables de l'état désespérant, économiquement et socialement, dans lequel se trouve aujourd'hui notre pays, la question mérite d'être posée. Toutes les conditions sont remplies pour qu'ils nous montrent, une bonne fois pour toutes, qu'ils croient au principe d'exemplarité et qu'ils le prouvent.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article