Cécile Duflot : « Les écolos sont à 9,7 %. » Avant ou après la fumette ?

Publié le par Denis PIGNOL

Cécile Duflot : « Les écolos sont à 9,7 %. » Avant ou après la fumette ?

Cécile Duflot : « Les écolos sont à 9,7 %. » Avant ou après la fumette ?

Comme disait un tweetos dimanche soir : « Les Verts à 2 %, heureusement qu'ils aiment les pissenlits parce que c'est pour bientôt. » En plus, ça met de la couleur dans les cimetières.

Boulevard Voltaire | Marie Delarue | Ecrivain, musicienne, plasticienne | 25-03-2015

« … Pour eux, tout a commencé sur une route perdue d’une lointaine campagne à la recherche d’un résultat qu’ils ne trouvèrent jamais… » EELV comme David Vincent, à la merci des Envahisseurs. Ça fait peur !

Madame Duflot Cécile en est sûre : ils sont parmi nous. Au ministère de l’Intérieur exactement, occupés à truquer les chiffres. Il est vrai que Bernard Cazeneuve a le regard fixe et le petit doigt qui rebique. Ça ne trompe pas.

L’ex-ministre l’affirme : le ministère lui a volé son score. Il n’est pas de 2,03 % comme annoncé dans les décomptes officiels, mais de 9,7 %, assure-t-elle. Comment arrive-t-elle à ce chiffre ? C’est simple : « Sur les 1.000 cantons où EELV présentait ou soutenait des candidats, 377 constituaient des candidatures autonomes soutenues par EELV. Dans ce cas de figure, le score moyen est de 9,7 %. » Le responsable des élections au parti précise : « 450 constituaient des candidatures de rassemblement écologiste et citoyennes, en alliance avec au moins une composante du Front de gauche. Dans ce cas de figure, le score moyen est de 13,6 %. 157 constituaient des candidatures en alliance avec le Parti socialiste. Dans ce cas de figure, le score moyen est de 27 %. 15 constituaient des candidatures en alliance avec le PS et le PCF. Dans ce cas de figure, le score moyen est de 30,5 %. » Donc, si l’on comprend bien, lorsque les troupes ennemies/amies de la gauche désunie ont réalisé des scores honorables, c’est grâce au soutien d’EELV. Certes, Cécile Duflot est née un 1er avril, mais bon…

Avec ce type de raisonnement, le FN explose littéralement la baraque. S’il ne s’agit, en effet, que de prendre les scores les plus élevés – sachant qu’en plus le FN a toujours combattu sans alliés –, son score réel est à 38,9 % (dans le Var), ou même à 43,65 % (le canton Dunkerque 1), ou mieux encore à 53,07 % (à Fréjus, dans le Vaucluse). Bref, si l’on se borne à faire – comme Mme Duflot pour EELV – la moyenne des 43 départements et 327 cantons où il est arrivé en tête au premier tour, le parti de Marine Le Pen n’est pas à 25 mais à 35 % ! C’est-à-dire au-dessus de ce que lui donnaient les sondages !

C’est peut-être pour cela que Jean-Claude Boucher, le candidat d’Europe Écologie Les Verts éliminé au premier tour dans l’Ain, a décidé de braver les consignes de vote pour appeler à faire battre le binôme divers droite. Donc, implicitement, à soutenir leurs adversaire, soit les candidats FN. Verte de rage, la direction d’EELV l’a immédiatement suspendu. « Il sera convoqué rapidement par les instances régionales d’EELV, sans doute en vue d’une exclusion définitive », dit David Cormand, numéro deux du parti. C’est qu’on ne rigole pas avec la liberté, dans ce parti !

Comme disait un tweetos dimanche soir : « Les Verts à 2 %, heureusement qu’ils aiment les pissenlits parce que c’est pour bientôt. » En plus, ça met de la couleur dans les cimetières.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article