À Roubaix, la famille Godefroy veut briser l’omerta d’une justice laxiste

Publié le par Denis PIGNOL

À Roubaix, la famille Godefroy veut briser l’omerta d’une justice laxiste

À Roubaix, la famille Godefroy veut briser l’omerta d’une justice laxiste

Dans leur quartier de Roubaix, ce sont les caïds qui font la loi et ce, en toute impunité. Cambriolages à répétitions, incivilités et autres vols font partie du quotidien sans que rien ne change.

Boulevard Voltaire | Maximilien Richonet | Blogueur | 12-05-2015

La peur, l’angoisse et la résignation, tel est le sort de la famille Godefroy, une famille désemparée qui subit de plein fouet les conséquences d’un laxisme d’État qui n’est malheureusement plus à démontrer.

Dans leur quartier de Roubaix, ce sont les caïds qui font la loi et ce, en toute impunité. Cambriolages à répétitions, incivilités et autres vols font partie du quotidien sans que rien ne change.

Lassée de cette situation, exaspérée, la famille Godefroy se rend à quatre reprises au commissariat de leur quartier pour « briser l’omerta ». Mineurs, les voyous sont aussitôt relâchés, explique la police, impuissante, et qui n’a d’autre choix que de subir le laxisme d’en haut en donnant malgré eux toute latitude aux caïds de poursuivre leurs actions délinquantes, faire vivre l’enfer aux habitants du quartier.

Ce n’est pas le courage et l’abnégation qui manquent à cette famille, laquelle prend alors la décision symbolique de camper dans le hall de l’hôtel de ville de Roubaix en espérant un sursaut qui finalement ne viendra jamais. La seule réaction viendra des voyous, lesquels, par vengeance, brûleront la voiture familiale.

Le besoin de justice d’une famille déjà traumatisée se termine donc en représailles. L’État, lui, est aux abonnés absents. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent.

Une solution fut trouvée par l’adjointe de la ville en charge des quartiers (qui se rendit tout de même au domicile des Godefroy) : renoncement et désertion. En clair, fuir les voyous – qui, eux, prospèrent avec le sentiment d’être intouchables – et relogement d’urgence à l’hôtel.

Désespéré, abandonné par l’État laxiste qui ferme les yeux, le père de famille qui ne souhaite pas en rester là envisage désormais une grève de la faim. Ultime solution, à ses yeux, pour que les choses bougent enfin, que sa demande de justice soit prise en compte. Quand la soif de justice se termine en grève de la faim, quand l’espoir de plus de sécurité se transforme en cauchemar, quand l’État ne fait plus son travail, quand l’ordre républicain s’efface au profit du laxisme.

Ce n’est malheureusement pas avec l’actuel garde des Sceaux, Christiane Taubira, que l’ordre républicain et une justice impitoyable envers les délinquants verront le jour, bien au contraire. Cette dernière souhaite une réforme de la justice des mineurs, réforme laxiste et qui aura pour conséquence d’accentuer encore davantage l’impunité des délinquants. Le laxisme de la justice ne fait pas écho au remarquable travail de nos forces de l’ordre qui, chaque jour, traquent les voyous pour les retrouver libres le lendemain.

Publié dans presse nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article