Brassac-les-Mines - Anciennes et nouvelles figures en lice

Publié le par Denis PIGNOL

Brassac-les-Mines - Anciennes et nouvelles figures en lice

Brassac-les-Mines - Anciennes et nouvelles figures en lice

la montagne | AUVERGNE | PUY-DE-DÔME | BRASSAC-LES-MINES | 05/02/15 - 06H00

Parmi les quatre conseillers sortants du canton de Brassac-les-Mines, seuls deux se représentent : Bernard Sauvade (DVG) et Yves-Serge Croze (DVD).

Bien malin celui qui peut donner une tendance dans ce nouveau canton de Brassac, qui regroupe ceux de Jumeaux, d'Ardes, de Sauxillanges et de Saint-Germain-Lembron.

Le rose y est plus dominant que le bleu. Mais dans le Bassin minier, ancré à gauche, Yves-Serge Croze a conquis deux fois le canton sous l'étiquette divers droite. Sur les hauteurs du Cézallier, plutôt tourné à droite, Bernard Veissière est parvenu à faire flotter le pavillon socialiste pendant 33 ans !

Histoire d'hommes

Les élections, dans ces fiefs, sont davantage une histoire d'hommes que de partis. Et quand ces personnalités politiques franchissent leurs frontières, c'est un peu l'inconnu. Parmi les candidats déclarés à ce défi : Bernard Sauvade (majorité départementale divers-gauche), solidement installé dans le fauteuil de conseiller général de Sauxillanges depuis 1998. Par ailleurs vice-président du Département, il part avec Nicole Esbelin (PS), 1 re adjointe au Breuil-sur-Couze.

Yves-Serge Croze (Union des républicains), qui a ravi la mairie de Brassac-les-Mines à la gauche divisée, sera aussi de la bataille. A ses côtés : Pascale Brun (DVD), maire d'Augnat. Les deux autres figures historiques du sud du département, Maurice Mestre, conseiller de Saint-Germain-Lembron depuis 21 ans, et Bernard Veissière, ne seront pas de la partie. Ce dernier déplore l'impossibilité de rassembler dans un même quatuor PS, Verts, PG, PC, sans les Gouttebeliens… Il faudra compter, en revanche, sur deux nouvelles personnalités apparues à la faveur des dernières municipales : Graziella Brunetti, maire de Saint-Germain-Lembron et membre du Parti de gauche. Elle et le communiste Christian Viallet, son binôme, devraient avoir le soutien d'EELV. En lice également, Dominique Morel, conseiller municipal issoirien. L'ancien n° 2 régional du FN, aujourd'hui responsable puydômois du Parti de la France, bat campagne depuis déjà un moment, aux côtés de Françoise Montbrison, sur un territoire où Marine le Pen a réalisé de très beaux scores en 2012.

Olivier Choruszko

Une mosaïque de paysages, d’enjeux et d’activités

A l'ouest, un Cézallier agricole qui mise aussi sur le tourisme, fort d'un parc animalier en plein développement et d'un centre de vacances flambant neuf.

À l'est, les balcons du Livradois, propices à l'élevage, et la plaine de d'Allier, davantage tournée vers la culture des céréales. Au milieu, un ancien bassin industriel, marqué par la fermeture des mines et d'usines, secoué dernièrement par les graves difficultés financières de Brassac, et qui rêve, en ce sud bien irrigué par l'A75 et riche de foncier, de renaissance économique.

Difficile de trouver une identité commune aux quatre territoires qui forment le nouveau canton de Brassac. Si ce n'est la proximité avec Issoire, chaque chef-lieu se situant à moins de 20 minutes de la sous-préfecture. Et l'appartenance au Pays d'Issoire Val d'Allier Sud.

Une grande diversité de paysages et d'activités, donc. Et c'est peut-être là le principal atout de ce nouveau canton. Pas de grandes entreprises ici mais des PME et des produits intéressants en termes d'activités et d'images. Dans le panier des portes du sud : les vins de Boudes, du saint-nectaire, l'eau Ardesy, les yaourts bio de Saint-Genès-la-Tourette…

Population en hausse

Côté démographie, à l'exception des zones montagneuses, le territoire jouit, depuis plusieurs années, d'une hausse constante de sa population. Le côté ville à la campagne des chefs-lieux, le prix abordable des terrains, l'A75æ Autant d'atouts qui attirent les nouveaux habitants.

Et ce n'est sans doute pas fini. Les prévisions de l'Insee pour les années à venir sont aussi à la hausse. La bonne santé de l'industrie issoirienne devrait aussi profiter à ses bassins alentour.

À condition pour eux de ne pas se transformer en simple territoire-dortoir… Ici plus qu'ailleurs, la dynamique démographique doit aller de pair avec le développement des services. Certains projets vont dans ce sens : maison de santé du Vernet-la-Varenne, médiathèque de Saint-Germain-Lembron… D'autres sont à inventer.

En matière de culture, on assiste aussi à des initiatives très intéressantes, en partie portées par le riche tissu associatif. Ouverture d'un lieu de diffusion culturelle nommé la Lampisterie, à Brassac-les-Mines, ateliers d'écriture, stages et expositions à Saint-Germain-Lembron, avec la Licorne, festival de films à Apchat… Une autre vitrine du canton.

Publié dans presse locale

Commenter cet article