Le FN n'exclura pas Jean-Marie Le Pen

Publié le par Denis PIGNOL

Des proches de la patronne du FN plaident pour une exclusion du parti de Jean-Marie Le Pen, une sanction qui aurait pour conséquence le retrait de la présidence d'honneur et la fin de ses aventures électorales. © Fred Dufour / AFP
Des proches de la patronne du FN plaident pour une exclusion du parti de Jean-Marie Le Pen, une sanction qui aurait pour conséquence le retrait de la présidence d'honneur et la fin de ses aventures électorales. © Fred Dufour / AFP

Le FN n'exclura pas Jean-Marie Le Pen

Ségolène de Larquier | Le Point | Publié le 09/04/2015 à 07:13 | Modifié le 09/04/2015 à 10:30

Même si certains l'y poussent, Marine Le Pen n'envisage pas d'exclure son père du FN. La patronne du parti s'exprimera jeudi soir au journal télévisé de TF1.

"C'était un plaisir", reconnaît Le Pen à la sortie du studio, interrogé par Le Point.fr. Une poignée de sympathisants se pressent autour de lui pour réclamer une photo. "Vous êtes un héros", lâche une dame en l'embrassant. "Merci d'être venus si nombreux", sourit-il devant les flashes. Son garde du corps veille et scrute par la fenêtre les photographes massés sur le trottoir. Dans l'antre de la radio fondée par Jean Ferré, maurrassien et ex-membre de l'OAS, Le Pen est chez lui, en terrain conquis. "Des auditeurs ont téléphoné, ils vous soutiennent !" glisse un bénévole de la station favorable à "l'union des droites".

Deux lignes s'affrontent au FN

Jean-Marie Le Pen vit-il ses dernières heures en tant que président d'honneur et donc membre du FN, parti qu'il a cofondé en 1976 ? "Certainement pas, souffle le patriarche. Mon exclusion est impensable, à moins d'un congrès extraordinaire qui signifierait la mort du FN", nous explique l'ex-candidat à l'Élysée âgé de 86 ans, qui maintient sa candidature en Provence-Alpes-Côte d'Azur aux élections régionales de décembre. Pourtant, au FN, en coulisse, depuis mercredi, les tractations vont bon train. Une réunion de l'état-major du parti est prévue ce jeudi en début d'après-midi (il ne s'agit pas d'une réunion du bureau exécutif).

Deux lignes s'opposent au sujet de la gestion du "cas Le Pen" après ses dernières provocations qui ont ulcéré sa fille Marine Le Pen, la présidente du parti. Un camp jusqu'au-boutiste plaide pour l'exclusion de Le Pen du FN, une sanction qui aurait pour conséquence le retrait de la présidence d'honneur et la fin de ses aventures électorales, notamment aux régionales de décembre en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un autre camp - composé des historiques du FN - estime qu'une exclusion n'est pas envisageable : il suffirait de sanctionner Le Pen en lui refusant la tête de liste en Paca. Rien de plus. Selon nos informations, c'est cette solution qui devrait être retenue par Marine Le Pen. "Exclure Le Pen ? Un fantasme", confie Louis Aliot, vice-président du parti frontiste. Pas question non plus de "suspendre" ce dernier en attendant le bureau politique prévu le 17 avril. La patronne du FN s'exprimera jeudi soir, sur le plateau du journal télévisé de 20 heures de TF1.

Publié dans presse nationale

Commenter cet article

Pieds Noirs 9A 09/04/2015 13:21

Si la France était si raciste, négationniste, homophobes, antisémite etc. etc... il y aurait surement moins de tout ça ici. Je dis que la France est en train de se faire démonter par des forces qui ne sont pas de son fait ! Les raciste sont les collabos de gauche qui font progressée l'islamisation et la création de Mosquée de masse pour pouvoir se replier ..
Ca me rappelle l'affaire Bettencourt où on utilise une personne faible pour faire du pognon, cette fois c'est les médias qui ont provoqué un vieux pour s'arracher le pactole alors que cette affaire était close depuis longtemps. Nous voyons se purin qu'il en découle le long de leurs bavoirs ..